enProposer un projet

Un événement pour célébrer la croissance du FID

Article de L'équipe du FID


16 février 2024


Le 8 février dernier, le Fonds d’Innovation pour le Développement a célébré ses trois ans d’activité et le renouvellement de sa convention en réunissant ses partenaires à l’occasion d’un événement « Innovation et impact : trajectoire 2024-2027 ». Cette nouvelle convention représente un jalon dans la croissance du FID, avec une augmentation significative de son budget, passant de 15 à 25M€ annuels sur la période 2024- 2027.

Le renouvellement de la convention du FID

« Nous sommes à un moment clé de l’aventure du FID, puisque nous clôturons nos trois premières années de fonctionnement et repartons sur nouveau cycle de 4 ans » soulignait Juliette Seban, directrice exécutive du FID en introduction de l’événement « Innovation et Impact : trajectoire 2024-2027 » organisé le 8 février dernier.

Cet événement marquait le renouvellement de la convention du FID entre l’Agence Française de Développement et l’État français. Cette nouvelle convention officialise l’augmentation significative du budget du FID qui s’élèvera à 100M€ au total sur la période 2024- 2027, témoignant ainsi de la confiance accrue de l'État français pour ce dispositif innovant de financement.

« L’innovation est essentielle dans la lutte contre la pauvreté. La force du FID : une démarche d’innovation qui autorise le droit à l’erreur mais s’appuie sur une rigueur scientifique » commentait Bertrand Dumont, directeur général du Trésor lors de la signature de la convention en présence d’Aurélien Lechevallier, directeur général de la Mondialisation et de Marie-Hélène Loison, directrice adjointe de l’AFD.

« Ce qui nous a beaucoup plu durant la première phase du FID, c’est la qualité des projets, leur créativité, leur pertinence », ajoute Aurélien Lechevallier. Il a souligné l’aspect pilote et innovant du FID qui permet de cultiver la culture de l’innovation et de l’impact dans la politique française de coopération internationale.

Esther Duflo, présidente du Conseil de Direction du FID a expliqué, en ouverture de l’événement, que cette croissance permettra « d’amplifier la dynamique » du fonds qui finance aujourd’hui 66 projets dans 25 pays, dont une grande majorité sur le continent africain. Elle a rappelé l’importance d’un fonds tel que le FID : « Face à des problèmes qui sont communs, comme par exemple les difficultés d’apprentissage des enfants à l’école, l’innovation est un bien public ».

Les équipes porteuses de projets à l’honneur

L’événement visait à mettre en lumière des équipes projets ayant déjà bénéficié d’un soutien financé par le FID.

Recourir à des drones pour restaurer les mangroves au Ghana

Eric Lartey, directeur adjoint de Friends of the Earth Ghana a présenté un projet visant à tester l'efficacité de la technologie moderne des drones dans la restauration des mangroves par rapport aux méthodes traditionnelles. « Nous avons cherché des moyens de restaurer les mangroves plus rapidement que ce qui se fait traditionnellement : la technologie des drones permet de réduire les coûts de notre démarche, tout en l’accélérant ».

Eric Lartey et Ansuhka sur scène

Détecter la présence de plomb dans les habitations en Côte d’Ivoire pour lutter contre le paludisme

Un autre enjeu de développement crucial discuté lors d'une table ronde : la présence nocive de plomb dans les peintures utilisées au quotidien.

Pour minimiser l'exposition des femmes enceintes et des jeunes enfants à la toxicité du plomb dans les domiciles à Abidjan, un consortium mené par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’École nationale supérieure de statistique et d’économie appliquée (ENSEA) a conçu un protocole de recherche permettant aux ménages de tester leur propre environnement à l'aide de kits simples d'utilisation qui identifient la présence du métal dans différentes pièces d'une maison.

Pour Hugues Kouadio, directeur de l’ENSEA d’Abidjan, « la plupart des pays africains se sont penchés sur la question du plomb dans la peinture depuis 2015 et se sont engagés dans un plan global de normalisation de niveau de plomb dans la peinture au niveau public. C’est un enjeu qui touche de nombreux pays ». Et les premiers résultats démontrent l’intérêt d’un tel projet d’étude : «Malheureusement, les tests de plombémie semblent suggérer que les quantités de plomb que l’on retrouve dans le sang des enfants sont très largement au-delà des normes fixées par l’OMS, ce qui représenterait donc un problème de santé publique majeur » explique Flore Gubert, économiste chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le Développement (IRD).

Élaborer des programmes éducatifs plus efficaces destinés à l’enseignement préscolaire au Maroc

Nisrine Ibn Abdeljalil, directrice générale de la Fondation Marocaine pour la Promotion de l’enseignement préscolaire (FMPS) et Estelle Plat, directrice et co-directrice régionale Afrique de l’Ouest et Afrique du Nord par intérim à IDInsight, ont échangé au moment de la table ronde autour d’un projet visant à institutionnaliser un système de suivi-évaluation afin d’améliorer la qualité de l’enseignement préscolaire.

« La collaboration de la FMPS et du centre de recherche IDinsight a permis de structurer une équipe d’évaluation en interne et d'amener une prise de conscience de l’importance de la donnée dans la mise en place des politiques publiques de l'éducation. Tout l’enjeu consiste à faire un bon usage des données que l’on a recueillies pour prendre des décisions au sein de la FMPS ».

Briser les tabous liés à la santé mentale au Kenya

Le défi du programme Anansi : lever les obstacles à la santé mentale au Kenya.

Tom Osborn, co-fondateur et président de l’Institut Shamiri explique : « Nous avons élaboré un nouveau modèle sur la base d'éléments très simples : nous formons des jeunes âgés de 18 à 22 ans au rôle de thérapeutes amateurs. Nous les formons à mener un type d'intervention très simple : des études montrent que les interactions les plus simples (qui aident à favoriser un sentiment d'appartenance et de reconnaissance auprès des jeunes) peuvent avoir un impact sur les personnes concernées ».

Ce projet financé par le FID a pour objectif de répondre à un enjeu de santé publique qui freine l’accès à l’emploi et à la formation des jeunes, d'autant plus que le Kenya ne compte qu'un spécialiste de la santé mentale pour un million de citoyens. « Le FID finance une évaluation d’impact à grande échelle qui nous aidera à remplir notre objectif : fournir de l'assistance à un million de jeunes par an d’ici 2027 ».

Revoir l'événement en vidéo

Événement du FID le 8 février 2024 - "Innovation et impact : trajectoire 2024-2027"

Lire le bilan du FID 2021-2023

Document bilan du FID 2021-2023

Article de L'équipe du FID

16 février 2024

Depuis 2021, le FID a permis la réalisation de 71 projets innovants. Vous aussi proposez votre projet au FID !

Proposez votre projet

Actu

Découvrez les dernières actualités du FID

Lire l'actu du FID