Soutenir les efforts des enseignants pour de meilleurs résultats scolaires au Rwanda

Avec le projet ” Supporting Teacher Achievement in Rwandan Schools ” (STARS), l’Université de Georgetown, en collaboration avec le Ministère de l’Education du Rwanda et Innovation for Poverty Action, propose de mettre à l’échelle des contrats de rémunération basés sur la motivation et les efforts des enseignants dans les écoles primaires publiques. Le FID soutient la mise à l’échelle de cette innovation dans 10 des 30 districts scolaires rwandais.

Pourquoi agir ?

Au Rwanda, les niveaux de lecture des 2,5 millions d’élèves inscrits à l’école primaire sont légèrement inférieurs à la moyenne de l’Afrique subsaharienne (Angrist et al., 2021) et 46 % des élèves de quatrième année ne répondent pas aux attentes de troisième année en numératie (République du Rwanda, 2012). Les écarts d’apprentissage sont particulièrement importants dans les districts scolaires à faibles revenus, avec un impact qui s’étend bien au-delà de la salle de classe puisqu’ils sont responsables de 20 à 50% des différences de revenus entre les pays (Angrist et al., 2021).

Le rôle des enseignants est déterminant dans la réussite des élèves et il est clé pour faire face à cette crise de l’apprentissage que traverse le Rwanda. Dans le pays, 20 % des enseignants du primaire démissionnent chaque année et les faibles salaires, peu attractifs, exacerbent les pénuries de main d’œuvre qualifiée (Banque Mondiale et Gouvernement du Rwanda, 2019). La capacité du gouvernement à recruter, motiver et retenir des enseignants de qualité est cruciale pour améliorer le niveau d’apprentissage.

Une innovation fondée sur des preuves d’impact

Un nombre croissant de d’études démontre que payer les professeurs selon leurs performances s’est révélé être un moyen très efficace d’améliorer l’apprentissage. En effet, lorsque les contrats de rémunération des enseignants ont été conçus avec la finalité d’encourager l’apprentissage, les résultats des élèves ont été significativement améliorés dans des contextes allant de l’Inde (Muralidharan et Sundararaman 2011 ; Muralidharan 2012) à Israël (Lavy, 2009) à la Tanzanie (Mbiti et al., 2019) en passant par l’Ouganda (Gilligan et al., à paraitre)

Au Rwanda, la mise à l’échelle de cette approche s’appuie sur des preuves rigoureuses tirées d’un essai contrôlé randomisé mené en partenariat avec le Conseil de l’Education du Rwanda (“Rwanda Education Board” ou “REB”) (Leaver et al., 2021). Dans ce modèle, les contrats de rémunération liés à la performance étaient basés sur une combinaison de trois mesures observées dans les salles de classe : l’assiduité des enseignants, leur niveau de préparation et leur pédagogie. Les résultats ont montré que les contrats de performance ont permis des gains d’apprentissage annuels des élèves équivalents à une année supplémentaire d’apprentissage par rapport au statu quo (Crawfurd, 2021), accompagnés d’une amélioration de l’assiduité des enseignants.

La mise à l’échelle de STARS vise à optimiser le système de gestion des enseignants rwandais existant, qui comprenait déjà un mécanisme de rémunération basé sur les performances – appelé « imihigo » – mais qui rétribuait mal les efforts des enseignants. Elle s’appuiera également sur le système d’évaluation de l’apprentissage des élèves.

Impact et principaux résultats

L’objectif du projet proposé est de tester à une plus large échelle le modèle STARS au sein du système éducatif rwandais par le biais de trois actions principales :

  1. Travailler avec le Rwanda Education Board (REB) et la National Examinations Standard Agency (NESA) pour créer une base de données centralisée sur la performance des enseignants et l’observation de leurs pratiques pédagogiques, en tirant parti des systèmes d’évaluations des enseignants et des élèves existants
  2. Tester et perfectionner la nouvelle mesure de la performance des enseignants par une mise en œuvre itérative sur trois ans pour l’étendre à 10 des 30 districts scolaires rwandais
  3. Intégrer le modèle STARS dans le système existant de rémunération des enseignants basé sur la performance “imihigo”, pour permettre une mise en œuvre durable à l’échelle nationale en utilisant les budgets alloués aux salaires des enseignants existants.

L’objectif à court terme des activités financées par le FID est :

  • d’établir un cadre réglementaire pour l’utilisation des contrats STARS dans le système “imihigo” de gestion des enseignants
  • de développer les systèmes de données nécessaires à la mise en œuvre de ces contrats à large échelle,
  • d’assurer la disponibilité budgétaire du gouvernement pour l’extension du programme à échelle nationale.

A moyen et long terme, STARS a pour objectif d’améliorer les résultats scolaires des enfants scolarisés à l’école primaire et leurs résultats futurs. STARS vise également des impacts positifs sur la gestion des écoles primaires et des enseignants au Rwanda. Il est attendu que ce projet améliore les salaires et l’engagement des enseignants dont la valeur ajoutée dans la salle de classe est élevée, améliorant en particulier la situation des enseignants en début de carrière, qui sont les plus susceptibles de quitter la profession Zeitlin, 2021).

Le projet STARS est également soutenu par Development Innovation Ventures (DIV)

Présentation de l’équipe

L’Initiative « Georgetown University Initiative on Innovation, Development, and Evaluation » (Gui2de) dirigera cette activité en étroite collaboration avec le Conseil de l’Education du Rwanda (REB) et avec le soutien institutionnel du Ministère de l’Education (MINEDUC). Gui2de a une expérience étendue dans la gestion de collaborations de recherche complexes et dans la mise en œuvre de politiques publiques efficientes à grande échelle en Afrique de l’Est. Les autres partenaires impliqués sont Innovation for Poverty Action (IPA), Fit for Purpose et trois universités, respectivement l’Université d’East Anglia (UK), l’Université d’Oxford (UK), et Williams College (USA).