Lever les obstacles aux soins de santé mentale au Kenya

Le programme Anansi, développé par l’Institut Shamiri au Kenya, est un protocole de santé mentale innovant, basé sur des preuves d’impact, destiné aux jeunes à faibles revenus. Le FID finance une évaluation d’impact qui devrait permettre de générer davantage de données sur le rapport coût-efficacité du programme, ses résultats ainsi que sur le lien de causalité entre pauvreté et santé mentale.

Le contexte

Au Kenya, la moitié de la population est âgée de moins de 19 ans et près d’un kenyan sur deux déclare souffrir de symptômes importants de dépression et d’anxiété. Malgré cela, les jeunes souffrant de troubles de santé mentale ont peu d’occasions de demander de l’aide. La psychothérapie traditionnelle prend du temps, est onéreuse et nécessite une expertise spécifique dans un pays qui compte un clinicien pour un million d’habitants. De plus, la stigmatisation qui existe autour de la santé mentale peut décourager les personnes à demander de l’aide.

Ce contexte nuit à l’épanouissement des jeunes qui font face à des difficultés médicales, éducatives, économiques, juridiques et interpersonnelles affectant leur bien-être et augmentant le risque de vivre dans la pauvreté.

L’innovation

Shamiri signifie « s’épanouir » en Kiswahili. L’Institut Shamiri a développé le programme Anansi en 2017 en vue de s’attaquer aux enjeux autour de la santé mentale au Kenya en :

  • Faisant appel à un protocole de traitement rigoureusement évalué qui se base sur un contenu sans stigmatisation
  • Un modèle de prestation à trois niveaux qui relie les prestataires communautaires, les superviseurs cliniques formés, les psychologues et psychiatres cliniciens.

En 2022, 4 500 ont bénéficié du programme Anansi dans dix écoles secondaires du Kenya.

Les résultats attendus

Le FID finance une intervention de 24 mois afin de mener une évaluation d’impact à grande échelle auprès de 25 000 jeunes à faibles revenus afin de :

  • Déterminer si – et de quelle manière – Anansi brise le lien entre pauvreté et santé mentale
  • Explorer les modèles de diffusion du programme Anansi en vue d’une mise à l’échelle

L’étude contribuera également à produire des données sur les causes de la pauvreté et sur la santé mentale ainsi que davantage de preuves concernant les effets à long terme d’Anansi et ses nombreux bénéfices.

Présentation de l’équipe

L’Institut Shamiri est un organisme d’intérêt public qui combine des recherches de pointe en sciences sociales à une connaissance du contexte des communautés. Basé à Nairobi au Kenya, Shamiri a été créé en 2018 par un entrepreneur et mobilisateur communautaire kenyan, Tom Osborn, et une chercheuse spécialiste de la santé mentale dans le monde, Katherine Venturo-Conerly.